Prends soin de toi ! ...???

Cette phrase qu’on vous assène souvent, pour toutes occasions, vous soulage-t-elle vraiment ? Est-ce vraiment ce que vous avez besoin d’entendre lorsque vous commencez à exprimer vos difficultés ? Ça veut dire quoi au juste prendre soin de soi ???? Prendre un bain…. Considérer sa fatigue… ralentir… choisir de faire ou non telle ou telle chose…. Ben oui, si c’était si facile ! Parlez-en aux gens qui cumulent les impondérables et autres injustices de la vie.


Lorsque votre enfant vit des difficultés scolaires, qu’il faut lui trouver une école spécialisée, car l’école normale ne peut répondre à ses besoins particuliers. Lorsque votre enfant a un de ces troubles bien populaires maintenant, de type autisme, TDAH, asperger, trouble du comportement…. Lorsque votre patron est mal commode, exigeant, incompréhensible, et avec qui vous avez des altercations, car il vous faut gérer votre temps pour considérer les besoins des enfants. Lorsque votre couple n’est pas au beau fixe parce que les exigences quotidiennes font en sorte qu’il n’y a plus de temps pour ce fameux couple si important, et qu’on vous dit que c’est primordial de ne pas perdre le couple ! Pensez-y, faire les emplettes diverses, les repas, les achats pour les enfants, les inscriptions, les activités spéciales…. Ouf ! Et ajouter aussi les tracas de maison, votre chauffe-eau s’est mis à couler. Et par-dessus le marché, vous avez cassé un essieu de votre voiture. Faut aller au garage pour ça, faut appeler le plombier pour le chauffe-eau et il faut être présent pour ces affaires-là, car eux vous obligent à être présent entre 8h et 16h dans la journée… ils passeront à un moment donné selon le temps pris lors des visites clients précédentes. Vous n’avez que cela à faire bien entendu. Et ajouter les journées pédagogiques des enfants, celles où ils ne peuvent aller à l’école pour cause de maladie…


Prends soin de toi ! Ben oui ! Savez-vous pourquoi on vous donne des phrases toutes faites comme celle-ci ou encore, « ça va passer…. Tu n’es pas le(la) seule…. Il y a pire… Ça pourrait être pire…. ». Lorsque vous pensez pouvoir exprimer votre surcharge parce qu’on a émis une certaine ouverture, ce n’est pas ce que vous avez besoin d’entendre n’est-ce pas ? Parce que vous savez que prendre soin de soi est si important. Et il se peut fort bien que vous le fassiez quelque part, mais ce n’est pas suffisant.


Certaines personnes bien pensantes et au-dessus de leurs affaires vous diront que vous faites le choix de votre vie, que vous avez le choix d’embarquer là-dedans ou pas, qu’il vous faut déléguer. Ils n’ont raison qu’en partie. Raison, car à un moment donné on peut choisir de ne pas prendre tout sur soi. Mais on peut difficilement rejeter tout ce qui arrive, qui n’est pas de notre ressort. Même s’il est vrai qu’on ne choisit pas ce qui nous arrive, mais qu’on choisit ce que l’on en fait, cela ne veut pas dire ne rien en faire pour prendre soin de soi. On a l’impression que parfois il faudrait juste attendre que cela passe, et ne pas résoudre telle ou telle situation, parce qu’on garde du temps pour soi. Si vous avez essayé, vous avez remarqué que de ne pas prendre en charge les situations provoque une aggravation potentielle de la chose. Pas toujours, mais souvent. Il est donc heureux de s’y intéresser. Et dans ce contexte, prendre soin de soi c’est s’assurer d’intervenir et de faire ce qu’il y a à faire avant que cela ne soit pire et vous empêche plus encore de prendre soin de vous-mêmes. À tous ceux qui parlent de choix, je propose qu’ils mettent vos culottes pendant une semaine ou deux pour voir ce que cela veut dire. On a l’impression que certaines personnes parlent à travers leur chapeau et peuvent le faire, car elles délèguent leurs propres responsabilités pour pouvoir prendre soin d’elles sans être conscientes des conséquences fâcheuses d’un tel choix. Car d’une certaine manière, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. C’est vrai qu’il y a des situations où on se met clairement soi-même dans la surcharge et l’abus de soi-même, lorsque notre valeur personnelle n’existe plus et qu’il faut faire encore et encore pour tout le monde pour s’assurer d’exister. Mais il y a aussi des situations où ce sont plutôt les impondérables de la vie qui se sont concentrés, durant un moment plus ou moins long, et auxquels il n’y d’autre choix que de les assumer.


Et vous avez aussi ceux qui prétendent que vous attirez ces situations difficiles, c’est votre Karma ! Ha, tiens donc ! Faudrait donc avoir un esprit positif, et créer en soi la situation idéale. Là encore je soupçonne une non responsabilisation de soi. D’autres feront pour eux tout ce qu’ils ne prennent pas en charge pour qu’ils prennent soin d’eux. Facile n’est-ce pas ? Mais tout le monde n’a pas les moyens de se décharger de ses responsabilités. Et la pensée magique que tout va bien aller parce qu’on décide d’y croire ne fait que repousser ce qui est là.


Mais alors, quand vous sentez que les éléments, les situations, les malchances… s’acharnent sur vous, que faire ? Pour survivre à une pluie d’évènements difficiles, on va se mettre en action, encore et encore, et on va se couper de ce que cela signifie à l’intérieur de soi. Et le fait de se faire dire prends soin de toi fait mal plutôt que de soulager. Parce qu’on n’a rien réglé ! Et les personnes qui parlent ainsi sentent toute l’impossibilité de faire autrement. On ne peut rien faire avec ce cumul d’évènements. Et cette impuissance générée chez la personne qui vous écoute sera vite balayée par ces phrases surfaites, mais vides de compassion réelle.


La solution : reconnaitre en soi les émotions, les sensations que cela génère. Par exemple, si telle situation vous met en colère, bien qu’il faille s’en occuper, reconnaitre qu’on est furieux fait toute la différence. Pourquoi ? Parce qu’alors la pression intérieure diminue. Votre corps a réussi à passer le message de la colère, il a été entendu. La situation ne va pas changer, mais sa charge émotionnelle sera moins forte. Ben voyons ???? Vous vous dites qu’on rit de vous avec un tel message ? Essayez donc pour voir. C’est vrai que si vous contactez votre colère, il se peut que vous sentiez un ouragan de colère. Et il se peut que vous l’ayez repoussé par peur de cet ouragan et de ses dommages collatéraux en cas d’expression. Mais penser et ressentir une émotion, la reconnaitre en soi ne veut pas dire passer à l’acte, bien au contraire. Les passages à l’acte sont souvent des soupapes sautées par la surpression, et là c’est dangereux, car incontrôlable.


Idéalement, la consultation permet de vivre ce que l’on ressent vraiment dans le cadre privilégié et sécuritaire du cabinet de consultation avec une personne de confiance qui peut recevoir cette charge et vous aider à l’exprimer sans que cela vous blesse ou ne blesse autrui.


Alors si vous êtes avec quelqu’un qui ne peut vous dire que ce type de phrases de prendre soin de vous, allez voir ailleurs. Il ne sert à rien d’essayer de lui expliquer ce que vous vivez, cette personne ne vous sera d’aucune aide réelle.


Et justement, prendre soin de vous à ce moment-là sera de trouver la personne qui saura percevoir ce que vous vivez vraiment en vous. Car prendre soin de soi veut dire se considérer, pas se cajoler comme on a tendance à le penser.



#prendresoindesoi; #conviction; #parler; #faire; #cliniqueresileste; #corinnezacharyas; #grandir; #discourscreux

Ville Mont-Royal, info@resileste.com

© 2017 par Corinne Zacharyas, Ph.D.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube Social  Icon