Dans le fond de la marre

Mis à jour : févr. 7

J’ai vécu pendant plusieurs années dans une grande maison, trop grande pour moi… Mais elle avait un grand jardin, pas trop grand pour moi ! Dans ce jardin, nous y avions aménagé un bassin avec une chute. C’était magnifique. Il y avait des oiseaux qui allaient s’abreuver et prendre un bain dans la petite rivière générée par la chute. Et il y avait aussi des poissons et des plantes aquatiques. C’était donc très beau.


L’hiver il fallait fermer les pompes, vider les tuyaux et garder néanmoins une pompe submersible pour oxygéner l’eau afin de garder les poissons en vie. Il fallait aussi mettre un élément chauffant pour garder un trou ouvert là encore pour oxygéner le bassin. Bref, tout un travail !


Au printemps, on rouvrait tout, là encore tout un travail. Déjà c’est vous dire que lorsqu’on a un point d’eau, il y a toujours un minimum de temps à y mettre pour l’entretenir adéquatement. Mais cette année-là, pour revenir à ce bassin, il y avait une odeur nauséabonde qui venait de ce bassin. Les feuilles étaient tombées dans le fond du bassin, enfin celles qui avaient échappé au filet. Et l’eau était aussi remplie d’algues, car la personne en charge durant l’hiver avait laissé trop chauffer l’élément, ce qui avait aussi causé le problème suivant. En nettoyant le bassin, nous y avons trouvé 4 écureuils morts, pourrissant dans l’eau, pas assez froide pour les conserver durant l’hiver ! Mais cela, nous l’avons découvert plusieurs jours après avoir rouvert les pompes pour filtrer l’eau et en vidant précautionneusement le panier très régulièrement afin d’éviter d’engorger et d’endommager les systèmes. Comment avaient-ils atterri là ? Aucune idée. Les écureuils ne savent pas voler, mais ils savent normalement se promener de branche en branche. La vie apporte son lot de choses inattendues, inhabituelles et parfois inexplicables.