Esclaves des temps modernes



Des gens crient à la conspiration, à l’atteinte aux droits et liberté. Restrictions, impositions, amendes salées…. La crise mondiale n’épargne personne et fait réagir. Une charte protège nos droits fondamentaux. Vraiment ? Savez-vous seulement qu’il y a bien longtemps que vous avez perdu ces fameuses libertés individuelles et que vous avez contribué à la chose depuis des décennies, à l’état d’esclave ?


Dans le temps, l’ancien temps, il y a longtemps, il y avait des esclaves. Une aberration, une honte pour l’humain. Cette pratique qui vise à faire travailler d’autres de sa propre espèce dans des situations qu’on ne tolèrerait pas soi-même est encore bien vivante. Il y a la traite des blanches, les réseaux de prostitution et de pédophilie, les chaines de fabrique de vêtements, de transformation alimentaire, d’industrie plus ou moins lourde. Quand ils sont payés, les individus le sont à la fronde, au prix de risques énormes et sans aucune considération. Il y a donc ces esclaves-là.


Il y a tous les autres, vous en particulier… esclaves du système en général. Et cela a été instauré il y a bien longtemps. Est-ce conscient ? A-t-on vraiment voulu vous manipuler et vous contraindre comme les théories conspirationnistes le suggèrent ? Personnellement je ne le sais pas. Par contre, j’ai des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un cerveau relativement bien nourri pour réfléchir. Ma propre liberté est au cœur de ma vie depuis très longtemps. Et je commence à comprendre la raison d’une telle intensité réactive de ma part dès qu’on y touche le moindrement.


Je fais partie de ces gens qui consomment comme tout le monde, mais qui choisit ce qui alimentera le corps, ce véhicule qui me transporte du début de ma vie jusqu’à son dernier souffle. J’ai compris depuis bien longtemps que si je peux changer mon aspirateur ou ma voiture, cela est impossible pour mon corps. La manière dont j’en prends soin a donc toute son importance.


Je fais partie de ces gens qui ouvrent les yeux et voient la réalité telle qu’elle est, tel Néo dans la matrice. La réalité, rude et impitoyable. Il m’arrive d’avoir envie d’oublier. Il m’arrive de désirer être aveugle, mais j’ai pris la pilule rouge ! Comme Néo, cela me fait terriblement souffrir et tout mon travail, le plus important, est de me préserver face à cette réalité. Il ne s’agit pas de ma vision pessimiste des choses, ce serait de l’interprétation. Autour de moi, il y a la perte de l’humain penseur qui croit Être parce qu’il pense. Il s’agit de ce qui se passe depuis longtemps sans que la majorité ne s’en rende compte tellement embuée dans ses dépendances diverses, celles-là mêmes qui contribuent à son esclavagisme.


Depuis la nuit des temps, la nature est élitiste. Ce sont les plus forts qui survivent et traversent les âges, pas en force, mais en stratégie d’adaptation. Injuste ? Peut-être, mais c’est comme ça, on ne peut rien y changer. Celui qui ne peut pas bouger se fera emporter par la vague du tsunami, c’est comme ça. Notre société veut sauver les plus faibles, c’est louable, empathique, superbe. Mais si vous voulez sauver un village côtier de la famine, lui donnez-vous du poisson ou lui apprenez-vous à pécher ? Là se trouve tout l’enjeu actuel. Notre manière de vivre, où que nous soyons là où l’on prétend la civilisation, nous recevons du poisson, mais n’apprenons pas à pécher.


Et les libertés dans tout cela ? Justement, en n’apprenant pas à pécher, l’individu est forcément dépendant de ce qui lui est offert. Et s’il reçoit du poisson avarié, il peut encore décider de le laisser et mourir de faim ou le manger et en être malade voire en mourir. Dans tous les cas, il court à sa perte sauf s’il apprend réellement à pécher. Et pour cela il lui fait se mettre en action.


Depuis l’ère de l’industrialisation, l’humain a contribué à la perte de sa liberté en acceptant de se faire prendre en charge, pensant qu’il serait soulagé de tous ses maux. Les grands pontes de l’industrie ont décidé pour le petit humain de ce qu’il serait bon de consommer. Des plats tout prêts, des productions à grande échelle libérant la femme au foyer. Enfin chacun pouvait relaxer ! Sauf que l’humain en question n’a jamais été aussi surchargé, occupé et préoccupé depuis qu’on lui donne tout, tout cuit dans le bec.


Depuis bien longtemps donc, certains individus ont décidé pour vous de ce que vous alliez mettre dans votre corps et ce n’est vraiment pas beau à voir. Gras, sucres, édulcorants, adjuvant, métaux… transformation, dénaturation, saturation en conservateurs…. Vides de l’essentiel, connu pourtant, et plein de lourdeur et d’affaiblissement. Tout ce qu’il faut pour être fragile et susceptible d’être malade. Voici Knock ! Ce n’est pas qu’une histoire. La théorie de la conspiration suggèrera que tout est fait pour vous maintenir malade afin de pouvoir vous vendre médicaments en tout genre et vaccins divers.


On trouve maintenant des médicaments pour à peu près tout et pour tout le monde. Pensez juste au Ritalin. Qui ne connait pas ce médicament si populaire pour calmer tous ces enfants ayant un trouble d’adaptation, trop agités, non conformes aux attentes ? Et bien maintenant les adultes le prennent aussi ! Ben oui, ces enfants non diagnostiqués avant qui sont devenus adultes ont gardé leur trouble non conforme aux attentes.


Il y a aussi des vaccins pour tout, même pour des virus qui mutent constamment et donc toujours loin devant l’action dudit vaccin déjà dépassé. Pas grave, il y a toujours un risque que vous attrapiez l’ancienne souche.


Et la consommation de sucre qui a pris une ampleur sans précédent. On le produit même chimiquement maintenant. Plus besoin d’esclaves dans les champs de canne à sucre ! Les esclaves sont maintenant ceux qui le consomment, c’est encore mieux ! Les effets directs sur le cerveau pensant, celui-là même prôné par l’humanité pour la différencier du monde animal, l’endorment, l’engourdissent. Au final, le bipède pensant réagit tel un rat de laboratoire ayant droit à sa récompense en suivant bien le parcours imposé.


Vous me trouvez cynique ? Mon interprétation pessimiste vous dérange ? Pourtant la réalité est bien là, cruelle et douloureuse. Vous pouvez prendre la pilule bleue et continuer ou encore choisir de prendre la rouge pour vous rendre compte que votre liberté a disparu depuis l’industrialisation des états gouvernant le monde. Tout le monde sait que derrière nos gouvernements il y a les industries pharmaceutiques et alimentaires qui financent et donc qui décident. Maintenant s’y ajoute l’industrie du virtuel et l’humanité fonce tête baissée dedans, avide de j’aime, de partage virtuel, d’informations faussement réelles, d’échanges de vie privée au plus grand nombre. Tracés depuis longtemps par les GPS intégrés aux téléphones, vos moindres mouvements sont décryptés. Vous cherchez quelque chose sur la toile web ? Comme par hasard vous voyez des publicités partout de ce dont vous pensiez avoir besoin, mais n’avez pas encore acheté. C’est pour vous aider, vous faciliter la tâche. Comme Google GPS vous aide à trouver votre route et comme Google répond à votre demande auditive sur votre téléphone. De plus en plus facile et de plus en plus abrutissant.


Votre liberté a disparu depuis longtemps. Nos générations actuelles ne savent même pas ce que cela signifie vraiment, se pensant libres parce que vivant dans une certaine facilité. Pourtant ce sont deux choses différentes.

Alors quelle pilule voulez-vous avaler ?

Sherbrooke, info@resileste.com

© 2017 par Corinne Zacharyas, Ph.D.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube Social  Icon