Ville Mont-Royal, info@resileste.com

© 2017 par Corinne Zacharyas, Ph.D.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube Social  Icon

Les Profils

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Au travail, durant une réunion d’équipe, vous avez eu une perception de faire les choses et on a suivi une de vos idées. Malheureusement le projet est un fiasco complet et l’organisation y perd énormément d’argent. Vous attribuez cet échec à votre idée et à votre manière d’avoir envisagé les choses. Vous vous remettez en question sur votre capacité à interpréter les choses et à vous impliquer. En fait vous n’osez plus émettre la moindre opinion, convaincu(e) que cela ne vaut pas grand-chose. Votre personne sera d’autant plus affectée que vos collègues vous rappelleront régulièrement que votre idée a failli coûter la vie à l’organisation. Vous vous demandez d’ailleurs pourquoi on ne vous a pas congédié en fin de compte !

 

  • Étant enfant vous avez grandi avec la certitude que vous n’étiez pas important(e), qu’il fallait que vous vous occupiez d’autres personnes avant de vous occuper de vous-même. Lorsque vous faisiez des bons coups, personne ne vous félicitait. Les louanges allaient toujours aux autres. Par contre, lorsque vous faisiez une bêtise, on ne manquait pas de vous le faire savoir. Même on ramenait toujours les erreurs comme des choses tellement importantes que vous n’étiez donc pas bon(ne). Quant aux bonnes choses, c’était normal, on ne s’attendait pas à moins ! Si vous faisiez quelque chose incorrectement, c’est que vous n’étiez pas assez bon(ne). Depuis, vous préférez vous tenir tranquille. Vous n’avez pas l’impression que vous pourriez être une bonne contribution même si vous reconnaissez vos compétences. En général on vous demande d’exécuter des tâches décidées par d’autres. Jamais dans une équipe on ne vous a proposé le lead, d’ailleurs vous auriez trop peur, c’est donc bien comme ça. Vous avez tout de même le sentiment que vous pourriez faire mieux, sans vous en sentir capable.

 

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le caméléon a besoin de se sentir reconnu dans sa personne car lui-même ne s'accorde pas beaucoup de valeur. Comme cette facette n'est pas nourrie suffisamment, il va surinvestir dans la relation à l'autre et dans l'expression de ses compétences en espérant être personnellement reconnu.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous en faites plus avec les autres ou dans vos actions, avec l'intention d'être vu(e) et/ou reconnu(e).

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

Le caméléon est un animal qui se fond dans la nature, par mimétisme. Il s’adapte à l’environnement qui l’entoure de telle sorte qu’on ne le voit pas. Il change de couleur pour bien passer inaperçu.

CAMÉLÉON

CHAT

Le chat est un animal indépendant. Il peut être très doux et attachant, mais c’est quand ça l’intéresse. Il est très sélectif et ne se laisse pas aller avec tout le monde. S’il vient près de l’humain, c’est que cela l’intéresse ! Il est fort capable de se débrouiller seul, même dans un environnement très difficile.

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Dans un travail d’équipe, vous avez donné beaucoup de vous-même, y mettant des heures et des heures en temps supplémentaire. Vous avez parlé à vos collègues et supérieurs de ce projet, vous étiez très enthousiaste. On vous soutenait. Votre idée semblait ravir tout le monde et on vous encourageait à mettre en place les éléments importants de votre idée afin de la faire vivre. C’était innovateur et cela vous donnerait beaucoup de crédibilité. Un beau jour, lors d’une réunion de travail, vous voyez votre superviseur(e) décrire VOTRE projet comme si c’était le sien, avec ses idées, sa manière de l’envisager, tout y était ! En fait, vous peaufiniez la chose pour la présenter aux patrons la semaine suivante. Votre idée était donc excellente. On vous a trahi ! Si seulement vous n’aviez pas tant parlé et échangé avec les autres ?

  • Dans votre enfance, vous aviez beaucoup d’ami(e)s. On vous aimait bien. Personne n’osait se moquer de vous, vous saviez toujours quoi dire et dans le fond on préférait se rallier à vous. Votre belle confiance en vous et votre propension à l’échange étaient attirantes. Votre meilleur(e) ami(e) vous a toujours soutenu(e) et respecté(e). Vous lui avez confié une fois du matériel à protéger pendant les rénovations de la maison de vos parents. Lorsque vous avez voulu récupérer votre bien, vos affaires avaient « disparu ». Votre ami(e) ne savait plus trop où cela était…. Peut-être parti avec d’autres affaires… on ne sait trop où ! Vous y teniez pourtant. Plus tard, une histoire similaire s’est répétée lorsque vous avez prêté temporairement à un(e) ami(e) dans le pétrin et que, là encore, vous y avez perdu. Depuis, vous savez que même les meilleur(e)s personnes ne sont pas dignes de votre confiance. Au travail, jamais vous ne confierez un projet, vous le finirez seul(e) et le remettrez vous-même ! On ne sait jamais, tout peut disparaitre.

 

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le chat a besoin de se sentir reconnu dans ses relations aux autres, de savoir qu'Il peut faire confiance à autrui et que ces autres ont aussi de la valeur. Comme cette facette n'est pas nourrie suffisamment, il va surinvestir dans la relation à lui-même et dans l'expression de ses compétences en espérant avoir une place adéquate au sein du groupe tout en ignorant ses membres. Bien qu'il joue les indépendants, il pourrait se présenter sous son meilleur jour pour faire valoir qu'il a plus de valeur qu'autrui à qui il ne peut se fier.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous vous sentez différent(e), incompatible, exclu(e) ou isolé(e) des autres. Voyez également comment vous déployez des actions et les raisons profondes de les faire. Dans ces mêmes situations, comment vous décrivez-vous ?

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

KOALA

Le koala est un être attachant. Il est seul uniquement dans son jeune âge, le temps de trouver l’habitat idéal avec d’autres congénères. Ensuite il passe le reste de sa vie en groupe. Il a ceci de particulier que son cerveau a rétréci avec le temps comparé à ses ancêtres. On attribue cela à sa nourriture exclusive d’eucalyptus qui manque peut-être de valeur nutritive pour son développement. Le koala a besoin de semblables autour de lui et n’est assez compétent que dans un arbre. Sur le sol il devient vite gauche et une proie facile pour les prédateurs.

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Au travail, vous êtes reconnu(e) pour vos idées, votre capacité à conceptualiser les choses. On vous adule pour cette facilité à mettre en mots, à résumer au mieux les choses. On aime aussi discuter de tout avec vous. Vos idées personnelles fort intéressantes se promènent avec celles à développer au bureau, les unes nourrissant les autres. Vous êtes une personne attachante, formidable. Par contre quand vient le temps de mettre en place toutes ces idées, vous manquez d’atouts et de facultés. Vous vous sentez gauche. Votre grande force c’est la théorie. Pour la pratique, cela devient confus, ce qui ne manque pas de frustrer vos collègues qui ont l’impression de toujours devoir reprendre les choses et/ou les faire à votre place. On vous trouve alors un peu tournesol, plein de bonnes idées, mais peu capable de les mettre en pratique.

 

  • Étant enfant, les personnes qui prenaient soin de vous faisaient aussi tout pour vous ! C’était agréable d’ailleurs. On vous parlait beaucoup, vous aviez bien des conversations. On vous félicitait pour être une bien belle personne. Dès qu’arrivait une situation problématique, on volait aussi à votre secours pour résoudre les dilemmes comme cette fois où vous vouliez une cabane dans le jardin et qu’elle s’est construite du jour au lendemain sans que vous ayez à lever le moindre petit doigt. En grandissant et en prenant votre autonomie, vous avez trouvé aussi du travail où vous passez beaucoup de temps en écoute auprès des gens. Vous êtes relativement autonome, mais vous avez aussi à compléter des dossiers, documenter ce que vous faites. Là-dessus, vos dossiers trainent et vos collègues qui doivent s’y référer peinent à avoir ce dont ils ont besoin !

 

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le koala a besoin de se sentir reconnu dans ses compétences, tellement il n'en est pas convaincu lui-même. Comme cette facette n'est pas nourrie suffisamment, il va surinvestir dans la relation à l'autre et dans la relation à lui-même en espérant que ses compétences soient reconnues ou à tout le moins, qu'il pourra s'appuyer pour d'autres pour compenser ses limites fonctionnelles. Tout ce qu'il peut faire va lui sembler peu pertinent aux yeux des autres ou alors susceptible d'être critiqué. Toute réflexion sur ce qu'il fait peut être très sensible. Sa perception de lui-même prend plus d'importance comme valeur de remplacement.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous avez besoin d'être disponible pour les autres sans que cela ne vous semble satisfaisant dans vos actions. Voyez également comment vous vous présentez aux autres et comment vous vous percevez dans ces moments-là.

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

FAUCON

Le faucon est un oiseau extrêmement rapide pour attraper ses proies. Solitaire et se contentant de peu (il ne construit pas nid), cet oiseau s’exprime rarement. Surtout il agit. Il est très dans la survie. Très à l’affut il peut attaquer pour protéger son territoire et sa progéniture. Il est alors très agressif.

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Au travail, vous étiez super motivé(e). Vous avez tous travaillé très fort. Votre sentiment c’est que vous plus que les autres. Vous donniez énormément. Les débuts étaient très difficiles. Ensuite, vous continuiez à trimer, espérant faire évoluer plus encore l’organisation. Mais voilà que vos partenaires font des coups dans votre dos, sans rien VOUS dire ! En plus, ils vous dénigrent auprès de votre clientèle, pour se faire bien voir et vous mettre dans l’embarras pour mieux vous montrer la porte ensuite. Devant vous, ils sont gentils par contre. Vous vous demandez bien comment vous avez pu être aussi aveugle. Vous vous sentez très idiot(e) et pire encore, n’ayant plus confiance en la possibilité de faire de nouvelles affaires, vous avez échoué ! Et comment en plus faire confiance en d’autres personnes après cette trahison ? Si vous repartez en affaires, ce sera en solitaire, peut-être…

 

  • Enfant, aux fins fonds de l’Inde, votre petite maison a brûlé… peut-être à cause de vous, vous n’êtes pas certain. Vous êtes parti en courant quand le feu s’est déclaré et vous vous êtes perdu. Vos parents ont disparu. Vous étiez tout jeune. Pour survivre, vous avez déployé des stratégies et astuces formidables et vous avez grandi seul(e) et solitaire, au milieu d’une foule d’autres personnes, toutes aussi perdues que vous, mais tentant de vous exploiter à chaque instant. Vous deviez être très vigilant(e). Vous vous êtes retrouvé(e), néanmoins, dans un orphelinat où on vous aura trouvé des parents qui prendront soin de vous. Mais votre seul contact avec les autres, c’est pour obtenir quelque chose. Et comme personne n’a jamais vraiment investi votre personne, vous avez juste excellé dans la manière de vous débrouiller. D’ailleurs maintenant au travail, lorsqu’on a un problème à résoudre, on vient vous voir parce qu’on sait que vous avez toujours une solution, et très rapidement en plus. Mais on ne vous considère que pour cela.

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le faucon a besoin de se sentir reconnu dans sa personne et dans sa relation aux autres car il ne s'accorde que peu de valeur et a peu de confiance ou même d'intérêt en autrui. Comme ces facettes ne sont pas nourries suffisamment, il va surinvestir dans l'expression de ses compétences en espérant être personnellement reconnu et avoir une place sécurisante au sein du groupe. Il se porte très méfiant mais se doit d'exceller pour avoir droit à un minimum d'attention. Il va donc toujours être dans l'action.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous en faites plus dans vos actions, avec l'intention d'être vu(e) et/ou reconnu à travers vos actions.

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

CHIEN

S’il existe de nombreuses races de chiens aux caractéristiques assez variées, de manière générale on assimile le chien à un animal très affectueux. Il aime beaucoup la compagnie. À la différence du chat, lorsqu’il se retrouve en mauvaise posture, il est plus difficile pour lui d’y survivre. Là encore tout dépend de la race de chien, mais le chien affectueux et dévoué à son maître aura plus de difficultés, lorsque laissé à lui-même. Le chien se fie beaucoup au bon vouloir de son maître, et l’aime inconditionnellement.

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Au travail, la dernière fois que vous avez tenté quelque chose sur votre ordinateur lors d’un bogue, vous avez failli faire sauter le système de toute l’organisation. Plusieurs données ont été perdues et c’est grâce à certains collègues qu’on a pu les récupérer par chance. Vous avez quand même failli perdre votre place, n’eût été la bienveillance de vos collègues et le fait qu’ils vous soutiennent malgré tout. Cela dit, cela vous a marqué(e) et vous n’osez plus entreprendre la moindre action. Vous vous sentez assez stupide et incompétent(e). Pour tuer le temps, vous voyez régulièrement vos collègues, car vous êtes bien mal à l’aise lorsque vient le temps de retourner au travail. Que pourriez-vous encore faire qui puisse être une catastrophe ? Vous avez besoin d’être rassuré(e) du fait que vous n’êtes pas si mauvais(e) que cela. La moindre action vous semble dangereuse. Heureusement que vos collègues sont là pour vous écouter.

 

  • Étant enfant, vous étiez souvent malade. Vous avez attrapé à peu près tout ce qui peut s’attraper et on vous trouvait un(e) enfant fragile. Pauvre enfant, on vous consolait de vos difficultés et on s’organisait pour vous rendre la vie le plus facile possible. En même temps on vous faisait savoir qu’il ne servait à rien d’avoir de grandes ambitions avec votre fragilité. Il valait mieux ne pas trop rêver. Vous avez grandi, vos maladies vous ont lâché suffisamment pour que vous ayez envie d’avoir un emploi, mais vous êtes convaincu(e) que vous n’êtes pas bon(ne) à grand-chose. Vous choisissez alors un emploi bien en deçà de vos compétences réelles, tellement vous n’avez pas la perception de savoir-faire. Vous écoutez vos collègues et vous rêvez à mieux, sans pouvoir le réaliser.

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le chien a besoin de se sentir reconnu dans sa relation à lui-même et à ses compétences car il en doute lui-même. Comme ces facettes ne sont pas nourries suffisamment, il va surinvestir dans la relation à l'autre. Il lui faudra toujours être disponible pour l'autre, dans l'espoir qu'on apprécie ses actions et qu'il s'y sente personnellement valorisé. Et il aura aussi besoin d'énormément de valorisation par les autres.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous avez fait passer l'autre avant vous, où les demandes d'autrui passaient en priorité et où éventuellement vous attendiez des compliments.

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

PAON

Cet oiseau, réputé pour être majestueux, a une vie bien réglée, faisant à peu près toujours la même chose dans un lieu très circonscrit. Comme on le voit beaucoup dans les parcs et les zoos où il côtoie facilement l’humain, le paon n’est pourtant pas si sociable que l’on pense, car il a tendance à défendre seul son territoire. De plus, bien qu’il pourrait voler, il préfère le confort terrestre et ne s’active que le matin et en fin de journée. Par contre il se promène toujours avec beaucoup de candeur, l’air fier.

EXEMPLES DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Vous venez de commencer un nouveau travail que vous espériez depuis longtemps. Enfin c’est arrivé, vous avez été sélectionné(e). On vous donne une formation sommaire de 2 semaines et on vous laisse aller. Mais vous générez deux accidents coûtant énormément à l’organisation. D’autres ont pourtant vu ce qui s’est produit, mais n’ont jamais volé à votre secours. Vous avez perdu votre emploi. En fait, il y a une concurrence au poste et si la place se libère, cela fera l’affaire de quelqu’un d’autre. Vous savez que ces accidents sont dus à des erreurs techniques par manque de compétences et qu’une bonne formation règlerait le problème. Vous vous demandez bien si vous n’avez pas choisi le mauvais emploi puisque finalement vous n’avez pas les compétences adéquates. Mais si on vous avait entendu au moins ! Au lieu de cela, les personnes qui ont vu rapportent vos erreurs sans vous faire valoir pour autant.

 

  • Étant enfant on vous a dit tellement de fois que vous étiez beau(belle), intelligent(e) et capable ! On vous a souvent demandé de prendre la parole pour d’autres alors que vous saviez peu de quoi il s’agissait. En fait les autres se servaient de vous par ce que vous étiez bon(ne) et aviez une belle prestance. Cela les aidait à faire passer leurs idées, pour leurs intérêts, pas les vôtres. Ils se servaient de vous. Vous avez compris que lorsqu’on vous demandait quelque chose c’était bien intéressé et non pour vous en tant que tel. Vous avez eu des postes divers sur la base de votre bonne relation et de votre éloquence, mais non sur vos compétences réelles.

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

Le paon a besoin de se sentir reconnu dans sa relation à autrui et dans ses compétences car il ne considère pas ses capacités comme importantes et se méfie des autres ou leur accorde peu d'intérêt car il supporte difficilement leur critique. Comme ces facettes ne sont pas nourries suffisamment, il va surinvestir dans la relation à lui-même en espérant être reconnu à travers sa propre personne, ce qui va l'amener à s'investir lui-même dans tout, sans protection.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où il était très important pour vous que paraissiez bien. Voyez les situations où vous avez mis beaucoup d'emphase sur votre perception de vous-même, où vous aviez besoin de vous valoriser tout(e) seul(e) faute de vous sentir reconnu(e) autrement.

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles prennent de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

CHRYSALIDE

Cet état est particulier. La chenille s’installe a un endroit, construit son cocon et va se transformer en papillon. Cette opération lui fera changer totalement de forme et lui permettra d’acquérir d’autres fonctionnalités. Par exemple, de la reptation elle passera au vol. Ce qui est fascinant est que pour opérer ce changement, tout l’intérieur du cocon se déstructure et devient une véritable bouillie informe d’où émergera la merveille du papillon.

Cette situation représente souvent un amalgame de plusieurs chocs traumatiques non résolus. La personne a dû se retrouver dans les autres profils animaliers avant de tomber en chrysalide.

EXEMPLE DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

  • Vous avez développé des affaires avec d’anciens collègues. Malheureusement cela a mal tourné. Vous avez dû fermer boutique. Alors en recherche de ce que vous pourriez faire pour vous relancer, votre ami(e) de cœur vous trompe avec un(e) autre. Comme si cela ne suffisait pas, vos anciens partenaires d’affaires sont en train de salir votre réputation, choqués d’avoir englouti et perdu tant d’argent. Peu de temps après, en marchant dans la rue, un « fou » vous saute dessus et vous agresse, en voulant à votre argent ! Quelque temps se passe et l’immeuble d’à côté passe au feu. Votre logement est lourdement affecté… Vous allez de déboires en déboires et ne réussissez pas à remonter la pente avant qu’un autre problème majeur n’arrive. Tout vous semble étrange et sans aucun sens. Vous ne savez plus qui vous êtes, vous ne savez plus ce que vous voulez, vous ne comprenez plus rien de ce qui vous entoure. Vous êtes effondré(e) et ne parvenez plus à remonter la pente.

PISTES DE SOLUTION POUR BIEN REBONDIR:

 

La chrysalide s'est sentie abimée dans sa relation aux autres, dans sa perception d'elle-même et dans son sentiment de compétence. Comme toutes ses facettes ne sont pas nourries suffisamment, elle va se sentir impuissante faute de pouvoir investir dans une sphère en particulier. Sa perception d'elle-même sera pauvre, sa relation à autrui néfaste et ses compétences seront remises en doute par elle-même. Il s'agit d'une accumulation.

 

  • Voyez, en toute honnêteté avec vous-même, les situations dans votre vie, au travail comme à la maison, où vous ne vous êtes pas senti(e) reconnu(e) dans vos compétences. Faites la même chose pour votre relation aux autres, comment vous n'avez pas été reconnu(e) par les autres. Repérez également les situations où votre perception de vous-même a été clairement remise en doute.

  • Repérez où ces situations se manifestent le plus, c'est à dire dans quelle sphère de votre vie elles ont pris de l'ampleur.

  • Tentez de repérer l'émotion, le manque, en vous, dans ces situations. Prenez des notes au besoin. Allez-y une à la fois.

  • Repérez comment cette manière de réagir était importante et pertinente au départ, lorsque ces sensations sont arrivées pour la première fois. Cajolez-vous, c'était correct !

  • Voyez comment ce modèle n'est plus adéquat aujourd'hui, pour chacune des situations.

  • Repérez l'auto jugement potentiel qui viendra avec votre analyse et considérez que toute manière de réagir est bénéfique selon votre ressenti. Votre corps ne ferait rien dont il n'est pas convaincu de l'efficacité pour sa sauvegarde. Soyez indulgent avec vous-même.

  • Trouvez quelle serait la meilleure manière de réagir à ce jour, à partir de vos découvertes. Au fond de vous, vous savez comment ce pourrait être, faites-vous confiance.

  • Le naturel revenant au galop, soyez vigilant pour vous voir réagir afin d'engrammer le plus possible la nouvelle manière de faire. C'est dans la répétition que vous verrez que les choses vont changer autour de vous et en vous.

CARDINAL

Considéré comme le roi des oiseaux au Québec, il fait la joie de toute personne qui le rencontre. Enjoué, sociable, très habile, il a tout pour lui et suscite la passion ! Sa prestance inspire le respect. Bien qu’il soit territorial et puisse combattre son reflet inlassablement, une partie de son comportement est acquise, en ce sens qu’il s’adapte au milieu qui l’environne. Oiseau chanteur, il aura des mélodies variées selon le lieu de son habitat. Il semble bien armé à tous les niveaux.

​EXEMPLE DE SITUATION AMENANT À CE PROFIL :

 

  • Au travail vous avez été la victime de bien des personnes qui vous ont pris en grippe. Pourtant vous donniez tellement à votre travail, toujours disponible, accommodant tout le monde. Vous étiez très efficace, d’ailleurs cela faisait des jaloux. Le temps passant, on s’est mis à vous mettre des bâtons dans les roues, vous donnant les informations moins facilement par exemple. Lors de réunions on s’est mis à se moquer de certains manques ou erreurs qui pourtant au départ n’étaient pas un problème. Vous faites la finition de vos dossiers quand c’est le temps, comme toujours. Avant on ne vous reprenait pas pour vos fautes dans vos écrits, on savait qu’au final se serait parfait ! Puis, on s’est mis à cogner sur le moindre clou qui dépasse vous concernant. Au fur et à mesure on s’est organisé pour vous dénigrer de plus en plus ouvertement et vous avez vécu de plus en plus de stress. Les fautes se sont cumulées de fait et on vous a congédié prétextant que vous ne répondiez pas aux exigences ! Vous étiez effondré(e). Vous aviez peur de tout, de la moindre action, attitude, parole. Vous avez récupéré dans votre demeure, vous avez beaucoup dormi, pensé et pleuré aussi. Et un jour vous vous êtes dit que dans le fond vous pouviez apprendre à développer plus de prudence au travail, notamment avec les personnalités susceptibles face à votre efficacité et votre charisme. Vous savez maintenant que vous avez beaucoup de potentiel et que vous devez le donner selon ce qu’on est capable de prendre. Il vous arrive même d’être bien heureux(se) car en fait, grâce à cela vous avez trouvé un autre emploi où on valorise tous vos talents mieux que jamais et où vous avez aussi plus de sensibilité envers les autres, tolérant leurs limites et aimant d’avantages leurs atouts personnels. Vous y êtes très bien et vous vous savez grandi(e) de cette expérience malheureuse du passé.

PISTES DE RÉFLEXION :

Vous êtes une force de la nature, une référence pour les autres. N’hésitez pas à parler de votre expérience, en misant surtout sur ce que vous avez réellement vécu, sans omettre la souffrance et la transformation que vous avez vécue.

  • Pour bien aider les autres, repérez comment vous avez traversé les situations.

  • Voyez comment vous avez été atteint : était-ce votre perception de vous-même, ou encore votre reconnaissance par les autres ou encore de celle de vos compétences ?

  • Repérez les émotions que vous ressentiez et comment vous vous êtes permis(e) de les vivre.

  • Repérez vos périodes de stagnation et de renoncement.

  • Repérez ce que vous en avez retiré

  • Transmettez tout cela à votre prochain afin qu'il ou elle en bénéficie pour sa propre résilience