G-24KQJPF3FL
top of page

Assurer son corps

Si vous avez une voiture, vous êtes obligé(e) d’avoir une assurance pour conduire, de même que vous devez payer votre permis. Si vous négligez de le faire, vous risquez d’avoir de grosses amendes si vous vous faites arrêter. Si vous avez un appartement, il est fortement recommandé de l’assurer. Si vous avez une maison, c’est encore plus important. Même si personne ne vous y oblige, comme pour votre véhicule, tout le monde sait que cette négligence peut avoir un coût très élevé.


On assure bien des choses dans sa vie, le nouveau téléphone intelligent, l’ordinateur, la télévision, le lave-vaisselle, le lave-linge… ça coûte cher à l’achat, on veut une garantie !

Il est d’autres types de garantie pas mal plus inusitée. Les artistes, les acteurs particulièrement, assurent leur corps. On le comprend, ils en ont grandement besoin dans leur métier. Il n’est nullement question d’assurance-vie, mais bien d’assurance sur le matériel ! Pour les acteurs, il s’agit de leur corps.


Dans la vie de tous les jours, au travail, les personnes peuvent bénéficier de l’assurance que leur organisation a contractée. Elle n’est pas gratuite. Un montant est prélevé sur la paye pour pouvoir assurer ce service. Et dans un tel cas, vous n’avez pas le choix, c’est comme pour la syndicalisation, vous devez prendre ce qui est là. Ces assurances sont plus ou moins avantageuses, mais au moins il y a une petite couverture au cas où.


Parfois, par contre, il n’y a pas d’assurance disponible chez l’employeur. Dans un tel cas, vous n’êtes absolument pas protégé(e). C’est étrange qu’on assure son automobile, mais qu’on n’ait aucune couverture au cas où son premier véhicule, le corps, ne puisse fonctionner adéquatement. En fait, les gens ont tendance à penser que rien ne peut leur arriver. C’est ainsi que malheureusement certaines personnes perdent tout lorsqu’il y a un feu dans l’immeuble déclenché accidentellement par un voisin ou toute autre raison. Pas d’assurance, pas de prise en charge et tout est perdu ! Est-ce bien différent pour le corps ? Pourquoi un acteur pourrait manquer de travail à cause d’un corps mal en point et qu’un employé de bureau ne le pourrait pas ?


Il arrive toutes sortes de choses dans la vie. Et les études soulignent tout de même qu’on va vivre des choses très difficiles en moyenne deux fois dans sa vie. Ce n’est pas rien ! Malgré cela, il n’y a à peu près pas de protection pour les cas où on n’arriverait plus à travailler. Cela arrive pourtant très souvent. La vie de tous les jours apporte son lot de défis à relever. Et comme certains évènements concernent la vie privée tandis que d’autres ultimement la vie au travail, les assurances jouent au yoyo avec les principales personnes intéressées.

Payer une assurance quand il ne nous arrivera jamais rien donne l’impression de jeter l’argent par les fenêtres. Tout comme payer son assurance habitation. Une inondation, un feu, ça peut arriver juste une fois dans une vie… mais il y aura des impacts majeurs. Tellement que même personnellement on peut en être affecté(e).


Je me souviens avoir connu un couple, bien nanti certes, mais à qui certains choix ont coûté vraiment très cher. Monsieur, principal et seul pourvoyeur financier avait un bon travail et une assurance. Mais un jour, le couple décide de cesser de payer cette assurance qui n’a servi à rien jusqu’à présent et coûte horriblement cher compte tenu du type de métier de l’assuré. Et oui, on peut gagner bien sa vie, mais beaucoup de choses pour le faire sont aussi plus onéreuses. Mais passons… Un jour, donc… monsieur a eu un grave, très grave accident de la route, qui aurait pu l’achever totalement. Au lieu de cela, bien vivant tout en étant souffrant, il s’est retrouvé immobilisé pendant des mois… sans aucune assurance sur son salaire. Ce couple a réussi à s’en remettre, mais ils ont néanmoins dû vendre certaines choses pour couvrir l’énorme perte financière. Que de malchance !


Vous m’objecterez qu’il y a l’assurance-emploi pour les employés !... qui couvre la perte de son emploi, temporairement. Il y a certaines règles tout de même. Vous devez avoir cotisé un certain temps et un temps certain pour que vous puissiez en bénéficier. Certains arrêts maladie peuvent être couverts, mais minimalement. Ça ne couvre pas les impacts d’un deuil personnel par exemple. Et les quelques jours auxquels on peut avoir droit dans certains milieux de travail sont souvent dérisoires pour se relever.


Il y a aussi l’assurance maladie… qui peine à couvrir les problèmes liés à la santé mentale pourtant premièrement affectée par les défis divers à relever. En fait, quand on tombe malade, que l’assurance maladie couvre les frais liés à la médication et à l’hospitalisation est une chose, mais qu’on perde son salaire pour faute de ne pouvoir travailler dans ce cas là en est une autre. Qui couvre cette perte au juste ?


Faudrait-il tout assurer alors ? Ça dépend. Si le salaire gagné suffit à couvrir ces imprévus, pourquoi payer une assurance qui ne couvre de toute manière pas 100% des frais ? C’est une question de capacité financière. Le couple bien nanti, par exemple, pourra pallier aux problèmes, jusqu’à un certain point, souvent car il a un fond personnel. Lorsqu’on n’a pas ce fond d’urgence, vaudrait mieux s’assurer ! Oui, mais il faut de l’argent pour cela, celui-là même que vous pensez ne pas avoir. C’est sûr qu’il faut peut-être réarranger ses priorités. Mais en général ça coûte moins cher de payer mensuellement une assurance que de tout perdre.


Pourquoi est-ce si important ? Les bureaux de consultation offrent des services pour aider les gens mal en point. Mais ce n’est pas gratuit pour autant. Les services publics sont présents et couverts par nos assurances maladie et médicaments, mais il y a des listes d’attente à ne plus finir pour un besoin pourtant immédiat. Trop de gens se privent de pouvoir consulter, faute de pouvoir payer. Et s’ils avaient des assurances sur leur corps (incluant l’intérieur de leur tête ! ce qui n’est pas vraiment évident actuellement), comme en ont les acteurs, ce serait bien différent.